impression de def_contenu :5 Array ( [gtitre] => 1.75 [titre_band] => 2.5 [tcours] => 1.5 [smenu] => 1.1875 [text] => 1.1875 ) Array ( [type] => vertical_sv [position] => 0 [mt] => 1 [radius] => 0.88 ) contenant go SELECT titre,description,soustitre,contenu FROM pages WHERE chemin="histoire" AND nompage="page02" L'astrologie sidérale : le zodiaque sidéral "> M
Astrologie traditionnelle sidérale
Cours d'astrologie sidérale par correspondance de Marie Delclos
Nous contacterMontrer les infosMontrer/cacher le Menu
Description et programme des cours par correspondance d'astrologie de Marie Delclos auteur de Astrologie racines secrètes et sacrées. Enseignement de l'astrologie traditionnelle et sidérale. Chaque envoi est accompagnés d'un devoirs faisant l'objet d'une correction par marie Delclos. Extraits des cours, renseignements Inscription aux cours.
Marque d'acceptation
L'astrologie sidérale : le zodiaque sidéral
A.Qu'est-ce que le Zodiaque sidéral ?
Sidéral vient du latin « sidus, sideris » « étoile ». Le zodiaque sidéral est le zodiaque que l'on nomme communément zodiaque des constellations. Ces constellations étant formées par les étoiles proches de l'écliptique et leurs noms étant les mêmes que ceux du zodiaque moderne tropique (qui commence avec le Bélier le 21 mars) Bélier, Taureau, Gémeaux, Cancer, Lion, Vierge, Balance, Scorpion, Sagittaire, Capricorne, Verseau et Poissons. Bien que les constellations qui leur servent de repères visuels soient inégales les douze signes de ce zodiaque sont égaux. C'est le zodiaque de l'antiquité dont l'origine se perd dans la nuit des temps, mais dont les traces historiques se trouvent à Babylone et en Egypte.

B.La structure du Zodiaque Sidéral
La structure la plus communément adoptée est la suivante: Elle s'articule autour d'un axe de référence donné par l'opposition presque exacte de deux étoiles de première grandeur : Antarès, le cœur du Scorpion à 15°01 du Scorpion et Aldébaran, l'Oeil du Taureau, à 15°03 du même signe constellation. Quels sont les textes sur lesquels on peut s'appuyer pour connaître les limites des signes étoilés et leurs positions exactes ? Les textes les plus anciens connus, dans lesquels les douze signes sidéraux de 30° chacun apparaissent clairement définis, ne datent que de la première moitié du cinquième siècle avant J.C. Il s'agit de tablettes cunéiformes donnant une liste des éclipses de Lune dans les signes du zodiaque et s'étant produites entre 475 et 457 avant J.C. Sur ces tablettes sont positionnées les étoiles Kiffa australis et Kiffa borealis respectivement à 20° et 25° de la Balance sidérale. Ce qui place: Antarès à 15° du Scorpion et Aldébaran à 15° du Taureau sidéral, Spica à 29° de la Vierge, Régulus, le Cour du Lion, à 5° du Lion. Bref les données classiques sur lesquelles se référèrent la plupart des astrologues des siècles suivants. Telles furent, en tous cas, les données retenues par les astrologues des derniers siècles de Babylone et de l'Egypte. Ce furent celles qui furent retenues majoritairement par les Grecs. Les plafonds peints des tombeaux égyptiens nous montrent une structure semblable On peut voir par exemple à côté d'Aldébaran placé dans le Taureau la mention de 15°.
C. L'interprétation astrologique du Zodiaque sidéral
Ce sont ces douze signes constellations, de 30° chacun, qui servaient à l'interprétation astrologique, attribués de nos jours par les Occidentaux aux signes tropiques basés sur les saisons. En Occident en effet les significations attribuées par les anciens astrologues aux douze « animaux », les images stellaires du zodiaque, furent transférées purement et simplement au zodiaque tropique, celui qui est basé sur les saisons. Ce sont donc, mis à part quelques modifications, à peu près celles que nous connaissons aujourd'hui, mais que nous attribuons aux signes modernes occidentaux. Or ces deux zodiaques ne coïncident pas. Ils ne coïncident que tous les 25.920 ans et ce durant une seule année.
Haut de page